Dans le SOLIDAIRE du mois d’avril, les collégiens fréquentant le CLAS de l’espace La Nacelle, nous ont expliqués pourquoi ils venaient, assidûment, à ce temps d’aide aux devoirs. Aujourd’hui, quelques-uns nous confient leurs rêves, ce qu’ils souhaitent faire et devenir.

          Face à leurs camarades, il n’est pas facile de partager ses désirs parfois, jusque-là, restés secrets. Souvent la crainte des moqueries, du ridicule empêche de confier ce qui, au fond de soi, est une conviction que l’on n’ose avouer.

         C’est pourquoi, dans le cadre du partenariat entre la Maison de quartier Billard/La Nacelle et de l’association Part/âges 51, une intervenante de l’association, Catherine Pierrejean, lors d’une première rencontre avec les collégiens, a recueilli leurs désirs, dans un climat de bienveillance, instauré, pour faciliter la parole et l’écoute.

         Lors d’une seconde séance, en présence de l’animatrice jeunesse de la Nacelle,  Sadhia Idami, responsable du CLAS, Catherine a raconté un conte tibétain* dont le thème illustrait « la capacité à écouter et réaliser ses désirs «. Suite à cette histoire, la lecture des paroles des collégiens a, alors, pris un sens profond pour eux.  Une réflexion en groupe a permis à ceux qui le souhaitaient d’exprimer ce qu’ils ressentaient et comprenaient

         Avoir d’une part, suffisamment confiance et estime en soi pour pouvoir se projeter dans l’avenir, affirmer ses convictions, les communiquer et, d’autre part, savoir écouter et recevoir les confidences d’autrui sont autant de compétences psychosociales que les adolescents doivent développer pour s’affirmer, collaborer et trouver leur place dans la société.

Catherine Pierrejean

Ci-dessous les paroles des collégiens.

          « –J’aimerais que ma mère pense à elle parce qu’elle pense toujours à mon frère et moi… Je souhaite qu’elle ne soit pas malade et qu’elle fasse ce qu’elle veut, par exemple, retourner là d’où elle vient pour retrouver sa famille… « Ma mère c’est ma seule obligation dans ma vie »…  L’obligation de lui donner du bonheur »… Autrement, j’aimerais bien aussi, sauter en parachute, faire du ski et du surf. »

       «  -Moi, je ne veux pas dire mon souhait parce qu’il me rend un peu triste… Et parce que je ne vous connais pas… Je n’ai pas envie de vous parler de moi. »

       « -Moi, j’aimerais apprendre l’allemand. Je l’apprends déjà mais, j’aimerais le parler couramment et aller à Cologne et Berlin….

Et puis, acheter un appartement ou une maison pour ma mère et une belle voiture …

Et… Partir en Tchétchénie, faire du business pour acheter des terrains et y bâtir « un village pour les pauvres ». Un village de petites maisons avec des jardins.

J’aimerais bien, aussi, devenir informaticien. »

        «  -Moi, je veux rester proche des personnes que j’aime et vivre à la campagne dans une maison entourée d’un jardin et en compagnie d’animaux… Et être une femme forte, débrouillarde. Je veux savoir tout faire, je veux être indépendante… »

« Si on travaille, si on progresse, si on ne fait pas de bêtise…

On sera qui on veut être…Si on ne fait rien, si on attend, qui le fera pour nous ?… On ne le fera jamais ! »